Trésor gaulois

Un trésor gaulois a été découvert près de Laniscat (Côtes-d’Armor), avant le début du chantier du passage à quatre voies de la RN 164, lors des sondages d’une équipe de l’Inrap dirigée par Eddie Roy. Ils découvrent d’abord quelques fondations, des trous de poteaux et prennent la descision de fouiller ce qui semble une ferme gauloise. Là, ils mettent à jour des talus supportant une palissade d’enceinte de 7 500 m2, des structures d’habitat, de stockage de grains puis, ce trésor.

D’après Yves Menez, archéologue, spécialiste de la Bretagne de l’âge du fer, c’est «une découverte exceptionnelle». Le trésor est constitué de 545 pièces: têtes humaines, cordons perlés, chevaux, sanglier-enseignes militaires ; un art particulier qui dérive des pièces macédoniennes avec lesquelles Philippe de Macédoine et Alexandre le Grand rémunéraient leurs mercenaires gaulois.

tresgau.jpg

Le trésor aurait été frappé par la Cité des Osismes, un peuple gaulois qui occupait alors l’actuel Finistère, l’ouest du Morbihan et les Côtes-d’Armor. Le trésor de Laniscat tranche ainsi un débat de frontière avec le peuple voisin, les Venetes, montrant sans équivoque son appartenance aux Osismes.

«Ce genre de trésor ne devait être utilisé que lors de transactions majeures entre aristocrates», estime Yves Menez, d’autant plus que les Osismes pratiquaient le troc. Cette découverte, tant la ferme que le trésor, participe d’une vision plus complexe de la société gauloise pré-conquête, où une ferme, certes de très grande taille, peut devenir l’endroit où dissimuler un trésor.

tresgau2.jpg

Mais de nombreuses questions subsistent: A qui appartenait ce trésor? Quelle utilité avait-il? Pourquoi ce trésor a t-il été dissimulé ? Et pourquoi n’a t-il pas été repris, alors que la ferme a continué son activité durant près de cent ans après l’enfouissement ?

Laisser un commentaire