Prothèse égyptienne

En 2000, un faux gros orteil, connu sous le nom d’ « orteil du Caire », avait été découvert sur la momie d’une femme, dans une tombe de Louqsor. Cette femme aurait été l’épouse d’un grand prêtre, et aurait vécu entre 1069 et 664 av. J.-C.Les scientifiques tentent de déterminer si l’orteil, fait de cuir et de bois avait une utilité pratique ou esthétique. Pour répondre à cette énigme, Jacky Finch, étudiante en médecine à Manchester, va demander à des volontaires qui n’ont plus leur gros orteil droit de porter une réplique de la prothèse. l’étude se portera aussi sur le « gros orteil de Greville Chester », du nom du collectionneur l’avait acquis en 1881, fait de lin, de colle animale et de plâtre.

Il n’est pas rare de trouver des momies restaurées avec de faux membres, mais l’orteil du Caire est différent car il est composé de trois morceaux et a pu été porté au quotidien, et n’a peut-être pas servit uniquement de décoration posthume. L’orteil de Chester n’est quant à lui pas articulé.

orteil.jpg

A l’heure actuelle, la plus vieille prothèse authentifiée est la jambe romaine de Capoue, faite de bronze et de bois, qui a été détruite quand le Royal College of Surgeons de Londres a été bombardé pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Laisser un commentaire